COLLOQUE INTERNATIONAL
Les émotions et les valeurs dans la communication
23-25 avril 2015, Lublin, Pologne

Programme du colloque.pdf

 

Moyen principal de communication et de catégorisation de la réalité extérieure et objective, la langue sert également, comme on le souligne depuis longtemps, à transmettre des informations intérieures et subjectives, c’est-à-dire à extérioriser les états émotionnels et les attitudes évaluatives du locuteur. Celui-ci non seulement fait connaître aux autres des contenus affectifs, mais il tend en plus à imposer au destinataire ses points de vue en jouant sur les valeurs qu’il attribue, de manière typique ou non-typique, à différents éléments et dimensions de son énoncé. Les catégories axiologiques du bien et du mal transparaissent plus ou moins explicitement dans tout contenu linguistique qui exprime des émotions : indépendemment de leur lexicalisation (bon vs mauvais, positif vs négatif, acceptable vs inacceptable, etc.), elles concourent à modaliser et à modéliser aussi bien le message verbal que la relation du locuteur avec son destinataire.

La problématique du subjectif et de l’évaluatif surgit inéluctablement, de manière plus ou moins explicite, dans toute recherche (linguistique, littéraire, sémiotique...) qui détecte les traces de la présence de l’énonciateur en langue et en discours en décrivant les façons dont le sujet parlant exprime verbalement ses états d’âme, modalise ses énoncés et adopte des points de vue. L’appel à la subjectivité de l’énonciateur et de son destinataire devient tôt ou tard incontournable dans la recherche sur le dialogisme, la polyphonie et l’hétérogénéité discursive, sur la connotation, les topoï et le sens implicite, sur l’antonymie lexicale et les oppositions sémantiques en discours, sur les mécanismes de l’interprétation, sur les figures rhétoriques et différents effets de sens véhiculés en contexte, etc. Quelle que soit la perspective adoptée (synchronique ou diachronique, structurelle ou fonctionnelle, énonciative ou interprétative...) et la méthodologie appliquée (approches structurales, cognitives, pragmatiques...), la description linguistique ne saurait être considérée comme complète sans prendre en compte la dimension évaluative et émotionnelle de l’activité verbale de l’homme, dimension à laquelle nous proposons de réfléchir lors de notre colloque.

 

Les propositions de contribution pourront s’inscrire dans les perspectives suivantes :
- les enjeux méthodologiques de l’analyse de la composante évaluative en lexique et en discours,
- la valorisation subjective des contenus sémantiques à travers l’expression des émotions,
- l’analyse des valeurs et des modalités en langue et en discours dans l’optique synchronique et/ou diachronique,
- les approches contrastives de l’expression linguistique des émotions et des valeurs,
- l’antonymie et l’antynomie : aspects sémantiques et pragmatiques,
- les émotions et les valeurs dans la perspective interprétative,
- l’imbrication des sens, des évaluations et des émotions au niveau textuel,
- la charge émotionnelle, sa gradation ou sa neutralisation dans différents genres de discours,
- le langage des affects : entre l’individuel, le variable et la stéréotypie,
- l’évaluation à travers la métaphore et d’autres figures du discours,
- le défigement dans le discours.
Sans être exhaustive, cette liste d’axes de recherche possibles peut être complétée par toute autre approche théorique et méthodologique s’inscrivant d’une manière pertinente dans la problématique du colloque.

 

La langue d’expression est le français.
La publication des actes du colloque est prévue en 2016 chez Peter Lang.

 

 

Comité scientifique:
Catherine Kerbrat-Orecchioni (Université Lumière Lyon II)
Vincent Nyckees (Université Paris 7-Denis Diderot)
Salah Mejri (Sorbonne Paris Cité -Université Paris 13)
Christophe Cusimano (Université Masaryk do Brno)
Anna Dutka-Mańkowska (Université de Varsovie)
Marek Kęsik (Université Marie Curie-Skłodowska)
Janusz Bień (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II)

 

Comité d’organisation:
Anna Krzyżanowska (Université Marie Curie-Skłodowska)
Katarzyna Wołowska (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II)
Małgorzata Posturzyńska-Bosko (Université Marie Curie-Skłodowska)
Paulina Mazurkiewicz (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II)
Izabela Głos (Université Catholique de Lublin Jean-Paul II)
Monika Bazyl (Université Marie Curie-Skłodowska)

 

Autor: Edyta Kociubińska
Ostatnia aktualizacja: 17.04.2015, godz. 06:46 - Edyta Kociubińska